MaligneL.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

L’adaptation du plan de transport lors d’un mouvement social

15
Publié le 9/04/2014

menu_icon_13869Suite au mouvement social de la semaine dernière vous avez été nombreux à vous interroger sur la mise en place du service spécial. Pour vous répondre j’ai interviewé Jean-luc, qui travaille à la plateforme conception et adaptation du plan de transport :

Comment est adaptée la circulation des trains lors d’un mouvement social ?

Le plan de transport est ajusté en fonction des ressources disponibles ainsi que des postes tenus. Certains agents doivent donner une déclaration individuelle d’intention de grève 48 heures avant leur début de service.

En fonction de quels agents définissons-nous le service particulier ?

Les agents directement liés à la production opérationnelle. Pour faire rouler un train nous avons besoin de conducteurs, d’aiguilleurs, de contrôleurs pour donner le départ de certains trains, d’agents d’escale qui permettent le départ des trains depuis la plateforme de Saint-Lazare…

Comment s’organise la mise en place du plan de transport spécial?

48 heure avant le début d’un mouvement social une réunion est organisée entre toutes les entités afin de définir quel service adapté pourra être mis en place, en fonction des déclarations individuelles et de leurs impacts.

Par exemple, lors d’un mouvement social dans les postes d’aiguillage, si certains postes ne sont pas tenus alors certaines actions ne peuvent pas être réalisées, comme des manœuvres d’aiguilles pour le passage des trains.

Le plan de transport spécial doit s’adapter rapidement à toutes les contraintes, en particulier les travaux prévus.

Qu’est ce que les services S1, S2 ou S3 ?

Nous avons 3 services adaptés afin d’être plus réactif. Synthétiquement nous avons : le S1 avec en moyenne 1 train sur 3, le S2 avec 1 train sur 2 et le S3 avec 3 trains sur 4, en heure de pointe.

À Paris Saint-Lazare, les lignes L et J sont-elles gérées de la même manière ?

Les services spéciaux sont organisés indépendamment pour gêner le moins de clients.
Par exemple la semaine dernière, le mercredi 2 avril, nous avons pu tenir un S3 sur la ligne L alors que la ligne J est restée avec 1 train sur 2.

à lire aussi

A la découverte des postes d’aiguillage

15 commentaires pour “L’adaptation du plan de transport lors d’un mouvement social”

  1. mozart dit :

    Pour une fois que je suis en avance à ST LAZARE ! Je monte dans le train qui doit partir à 17h 14, quai 3 pour Versailles. Quelques minutes avant le départ on nous fait changer de rame pour prendre celle du quai 2 et les voyageurs à destination de ST NOM (17h 17) prennent celle du quai 3. Pourquoi cette inversion ? sans explication.
    Le train de ST NOM part à l’heure et celui de Versailles avec 5 minutes de retard.
    Arrivé à ST CLOUD : Tout le monde descend « pour des raisons de difficultés de circulation » et le train part à vide en direction de Versailles !!!???
    Evidemment le train suivant pour Versailles et bondé : bien sûr deux trains dans un seul !
    Moralité : 15′ minutes de retard. De qui se moque t-on ? On nous prend pour du bétail !
    Tout cela sans compter les trains régulièrement supprimés le matin ou le soir, voire les deux. Y en a marre.

    • P@t dit :

      M. Darsonville,

      Dans ce genre de situation, le train allant directement au terminus pour éviter de perturber les trains suivants, ne serait-il pas possible, au lieu de faire descendre tout le monde, de modifier uniquement la desserte : « ce train sera direct Versailles Rive Droite » ?
      C’est transparent pour le plan de transport, ça évite de dégrader la ponctualité pour une partie des voyageurs (ce qui n’est pas du luxe en ce moment) et ça permet de limiter, un peu, le nombre de voyageurs qui s’entasseront dans le train suivant.

      Merci pour votre réponse

    • Bonjour P@t, un train effectue plusieurs missions, par exemple, Paris/Versailles puis Versailles/Paris et Paris/Saint-Cloud. Ce maillage de trains et de missions est complexe et peut être modifié en fonction des aléas du quotidien au Centre Opérationnel Transilien. L’idée étant de réaliser un maximum de missions pour un maximum de clients.

      Cela dit, le train peut être limité et rejoindre Versailles Rive Droite pour se garer, suite à un problème technique par exemple. Dans ce cas, la règlementation nous impose de vider la rame de ses voyageurs, car le problème technique ne permet pas de poursuivre l’acheminement.

  2. BPasser au statut dit :

    « des difficultés de circulation »…. voilà l’excuse qui ne veut absolument rien dire, et que la SNCF utilise à tour de bras, en heure de pointe comme en heure creuse (aujourd’hui encore en plein après midi !!).
    J’aimerais également comprendre les raisons des erreurs d’affichage « train long » ou « train court »…. qui nous font courir à l’autre bout du quai. Pouvez-vous nous expliquer ? Merci !

    • Bonjour B, une modification de la composition du train est effectuée au Centre Opérationnel Transilien (le COT). Le Gestionnaire de l’Information Voyageurs (le GIV), est l’agent qui doit modifier l’affichage sur les écrans Infogare, cependant il arrive que ces modifications de dernières minutes ne soient pas reprises dans l’information à distance.
      Cet été nous transformons le COT, des postes sont créés et nous modifions leurs organisations, pour avoir plus de réactivité sur les perturbations et l’information.

  3. Raúl dit :

    Ce que je regrette est que les grilles restent les mêmes que les jours normaux. L' »adaptation » consiste à enlever de la grille originale des trains à droit et à gauche pour ainsi arriver au service S1/S2/S3. Donc, les grilles en cas de grève conservent les mêmes défauts que les grilles en jours normaux, par exemple :

    – Les trains directs sont conservés, donc les gares « omnibus » ne sont desservies que très rarement. Il faut rendre plus de trains omnibus (clin d’œil aux amis d’Asnières, les Vallées, Courbevoie, etc.)

    – Comme les horaires sont les mêmes, les trains à peine ils arrivent au terminus (je parle de Saint-Lazare ici), ils doivent aussitôt repartir dans le sens contraire. Alors : 1) À la descente du train, les quais sont bondés parce que des gens attendent déjà l’arrivée du train pour y monter. 2) Au moindre délai à l’arrivée du train à Saint-Lazare, son trajet retour est déjà en retard. 3) Évidemment, on n’a aucune souplesse par rajouter des arrêts supplémentaires lorsqu’il est nécessaire.

    Bref, il faux que les têtes qui réfléchissent et qui sont entendues dans ces genres des discussions prévoient (dès maintenant et pas la veille d’une grève !) des grilles horaires CONÇUES spécifiquement pour les jours de grève. Il faut pas cirer le S1/S2/S3, mais il faut que ces grilles consistent d’une autre chose que la grille normale avec des trains supprimés.

    • Raúl dit :

      Petit correction à une erreur de frappe :

      Il faut pas VIRER le S1/S2/S3, mais il faut que ces grilles consistent d’une autre chose que la grille normale avec des trains supprimés.

    • StephanePasser au statut dit :

       » il faut que ces grilles consistent d’une autre chose que la grille normale avec des trains supprimés  » :
      Raul, je rajouterai que, si bien sûr moins de trains peuvent circuler, il faudrait qu’ils roulent tout de même à une fréquence régulière (ex : mieux vaudrait un train toutes les 30 min. qu’un temps d’attente, entre deux trains assurant la même mission habituellement toutes les 20 min., une fois de 20 min. et la suivante de 40 min.).

  4. ZigZag dit :

    « Certains agents doivent donner une déclaration individuelle d’intention de grève 48 heures avant leur début de service. »

    Cela veut dire que certains n’y sont pas soumis et peuvent se déclarer au dernier moment ?

    • GloupsPasser au statut dit :

      ´Certains agents doivent déclarer une d2i avant toute grève ´ la phrase n’est pas claire j’en conviens Zigzag mais n’allez pas sous entendre que certains conducteurs ont des passé-droits. Non tous les mécanos sont soumis à la d2i. Les agents non soumis à la d2i sont ceux dont l’arrêt de travail éventuel n’a pas d’incidence sur la circulation des trains, par exemple le guichetier où l’agent d’accueil !

    • ZigZag dit :

      Je n’ai pas voulu insinuer qu’il y avait des passe-droits, et j’en ai assez de vos procès d’intention. Je demandais un éclaircissement qui me paraissait important pour juger de l’efficacité du système, sans préjuger de l’honnêteté des individus. C’est plus clair comme ça ou il faut encore exhiber un brevet de bienveillance dûment tamponné par un mustélidé assermenté ???

      Merci pour votre réponse en revanche. Donc vous confirmez que « certains agents » signifie ici « tous ceux dont l’arrêt de travail n’a pas d’incidence sur le trafic » ?

      Merci encore et apprenez à respecter les autres SVP.

    • Exactement ZigZag, certains agents ne sont pas soumis à la déclaration individuelle d’intention de grève 48 heures avant leur début de service.

  5. Vincent dit :

    Monsieur DARSONVILLE, cet article est intéressant, mais j’ai l’impression que vous ne très qu’une petite partie du sujet.

    Lors de mon passage à l’université, j’ai eu un cours sur la fameuse loi

    Pouvez vous nous parler de la notion de dessertes prioritaires…. Pourquoi certaines lignes ont plus de trains que d’autres ?

    Pourquoi la ligne L qui dessert La Defense (Pôle économique majeur d’Ile de France) a un plan de transport si minimal ?

    Dans mon souvenir :

    Définition des dessertes prioritaires

    On considère comme prioritaire l’ensemble du réseau départemental dans le sens où il contribue à satisfaire des besoins essentiels de la population : accès aux établissements d’enseignement grâce aux dessertes scolaires et aux lignes départementales, accès aux zones d’emploi grâce aux lignes interurbaines. Seules les lignes de marché et les services à la demande seront exclus des dessertes prioritaires.

    Définition des différents niveaux de service en fonction de l’importance des perturbations attendues :

    – Niveau 1 : correspond à un niveau de service optimisé (trafic peu perturbé, moins de 30 % de grévistes dans l’entreprise.)
    – lignes régulières – services effectués en totalité
    – circuits scolaires effectués uniquement à destination des lycées (liste en annexe.)

    – Niveau 2 : correspond à un niveau de service minimum (31 % à 70 % de grévistes dans l’entreprise)
    Il s’applique sur les lignes régulières principales ou secondaires du réseau et engage les entreprises à effectuer a minima un aller et retour par jour aux horaires prévus en annexe. Pas de transports scolaires.

    – Niveau 3 : correspond à un niveau de service zéro (trafic nul, plus de 71 % de grévistes dans l’entreprise.) Aucun service de transport n’est assuré.

  6. Raúl dit :

    Ah oui, j’avais oublié ….

    10/04 : Train de 8h32 Courbevoie-Paris… supprimé.

    Bravo !

Les commentaires sont fermés.