MaligneL.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Quel est le rapport entre les incivilités et la ponctualité de vos trains ?

2
Publié le 29/11/2019

La ponctualité...peut aussi dépendre de vous !

Évacuons tout de suite la question : ce billet n’a pas vocation à faire porter aux voyageurs l’entière responsabilité des retards que nous rencontrons sur la ligne. Les causes « internes » de nos retards nous les connaissons, vous les connaissez et nous en parlons régulièrement ici et sur Twitter à travers des billets pédagogiques. Nous travaillons déjà à leurs résolutions : travaux de modernisation, renouvellement des trains, nouvelles offres…

Une fois que nous avons admis ces faits, et si nous voulons être exhaustifs et honnêtes dans notre approche des questions de ponctualité, alors nous devons parler des cas où les voyageurs participent aux retards de nos trains.

 

Quelles incivilités peuvent perturber la circulation de nos trains ?

 

Les bagages oubliés :

Avant de devenir un colis suspect, un bagage est avant tout un objet ou un bagage oublié par un voyageur. Et dans ce cas, nos équipes n’ont pas d’autres choix que d’appliquer une procédure vigipirate qui peut être lourde de conséquence pour les voyageurs. L’application d’un périmètres de sécurité en gare, intervention de la brigade cynophile, de la police, des démineurs… un bagage oublié peut prendre jusqu’à 3h pour être traité, engendrant retard et suppression du trafic.

 

Comme nous vous l’expliquons régulièrement grâce à nos infographies ci-dessous : 

 

 

 

Les montées/descentes & la retenue des portes : 

Evidemment l’affluence en gare n’est pas le fait des voyageurs.

Mais quand certaines personnes retiennent les portes, ou empêchent la descente des autres passagers, ils ne se rendent pas compte de l’impact qu’ils ont sur la circulation en général. Sur des lignes aussi chargées que la notre, dans un contexte de Mass Transit et d’interconnexion avec le RER A et la ligne J, chaque seconde compte.

Si un train perd quelques secondes, dans plusieurs gare, le retard peut se transformer en minutes sur la totalité de son parcours. En heure de pointe, les trains se suivent espacés les uns les autres par des « cantons », un tronçon de voie de 500 mètres qui débute et termine par un feux de signalisation.

 

Quand cette distance de sécurité entre les trains n’est pas respectée, le feux passe au jaune ou au rouge pour le train qui suit. Quand le feux est jaune, le train qui suit doit rouler à vitesse réduite et être en mesure de s’arrêter si le prochain canton n’est pas libéré avant son arrivée.

Quand le feux est rouge, plusieurs cas de figure s’offrent au conducteur.

Si le feux rouge est un carré (deux feux rouges sur une ligne verticale ou horizontale) : le train ne doit absolument pas franchir le signal car un autre train peut s’engager.

Si le feu rouge est « seul » c’est un sémaphore : il impose l’arrêt, mais contrairement au carré, le train peut ensuite entrer dans le canton suivant avec vigilance et une vitesse limitée, puisqu’un autre train peut se trouver dans cette même zone.

Vous avez surement vécu cette situation à bord : le ralentissement ou l’arrêt pour « régulation » ou « pour respecter les distances de sécurité » avec le train qui circule devant le votre.  En cascade, quelques secondes en gare peuvent avoir un effet dévastateur sur la ponctualité de vos trains !

 

 

Les signaux d’alarmes : 

Par mesure de sécurité, à bord de nos trains et pour entrer en contact avec le conducteur ou la conductrice, vous avez la possibilité de tirer le signal d’alarme disponible à l’intérieur des rames. Le conducteur évalue, en fonction de la gravité, s’il doit s’arrêter en pleine voie où s’il doit se rendre dans la gare suivante. Ce dispositif d’urgence est préconisé dans les cas d’urgences : départ de feu, vitre brisée, problème de porte…

Même si la première réaction lorsqu’on voit une personne faire un malaise à bord est de tirer le signal d’alarme : nous le déconseillons. Un train arrêté en pleine voie est très difficile d’accès pour les secours et les pompiers, il est préférable, et c’est notre recommandation, d’appeler le 3117 qui saura vous donner la marche à suivre et intercepter le voyageur en difficulté dans la gare suivante avec le personnel adapté.

 

Que mettons nous en place pour lutter contre ces incivilités ? 

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

N’hésitez pas à nous faire part de vos retours en commentaire !

2 commentaires pour “Quel est le rapport entre les incivilités et la ponctualité de vos trains ?”

  1. BPasser au statut dit :

    Les « pieds banquette » comme disent les contrôleurs sont monnaie courante. A chaque fois que je le fais remarquer, les personnes concernées me regardent sans comprendre.. ou au pire, m’insultent.
    Dans votre tableau des incivilités, vous mentionnez que les « détériorations et souillures » sont passibles d’une amende de 50€. Or, je constate que ce n’est pas vraiment le cas. Dernièrement j’ai vu un contrôleur expliquer patiemment pendant de longues minutes à une dame pourquoi il ne fallait pas mettre ses pieds sur les sièges (on croit rêver !!!), mais sans la verbaliser ….

  2. StephanePasser au statut dit :

    Anne, je comprends bien le pictogramme ? Il est interdit de fumer partout dans les lieux dédiés au service de transport offert par notre ligne L ? Mais s’agissant du vapotage uniquement « à bord », c’est-à-dire dans les trains ?
    Par ailleurs, pourriez-vous développer ce qu’il faut entendre par « nuisances sonores » ? Et êtes-vous sûre du montant de l’amende ? Car je crois me souvenir que c’est une contravention de la 4ème classe, ce qui devrait être plus élevé que pour l’interdiction de fumer (3ème classe).

Laisser un commentaire