MaligneL.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Retour sur les incidents de jeudi 6 et vendredi 7 juillet 2017

31
Publié le 12/07/2017

Travaux inopinés, prolongation de travaux, incident sur l'affichage des trains en gare de Paris Saint Lazare... ce sont des motifs qui ont suscité de nombreuses questions. Revenons sur ces incidents et échangeons sur ces termes utilisés.

Je suis navrée pour les difficultés que vous avez pu rencontrer au cours de ces journées. Toutes nos équipes se sont mobilisées pour résoudre les incidents le plus rapidement possible même si cela peut paraître long parfois.

Vos questions étaient nombreuses que ce soit sur le blog, par mail, via les fils Twitter…, Que se passe-t-il sur la ligne ? Des travaux inopinés ? Comment faire pour rejoindre une gare non proposée par les itinéraires alternatifs ? …

Nous reviendrons sur les messages diffusés en fin de billet mais avant, je vous livre l’analyse de l’enchainement des incidents survenus au cours de ces 2 journées.

Jeudi 6 juillet

Sur l’axe Paris Saint Lazare < > Cergy

Des travaux étaient réalisés de nuit dans la zone de Neuville pour permettre le renouvellement d’une partie des rails.

4h42, les travaux doivent se prolonger et ne peuvent être réalisés tant que les trains continueront de circuler.  Une voie doit être fermée à la circulation entre Cergy Préfecture et Achères Ville. Le plan de transport est rapidement adapté pour permettre la circulation d’un maximum de trains sur une seule voie :

  • les trains de la ligne L sont origine et terminus Maisons Laffitte,
  • le nombre de RER en circulation était réduit au départ de Cergy Préfecture.

Les alertes sont envoyées via l’application SNCF et le site Transilien. Nous vous avons conseillé d’emprunter, si possible, des itinéraires alternatifs. Les gilets rouges étaient mobilisés dans les gares de Cergy, Maisons Laffitte, Sartrouville pour vous renseigner.

8h15,  les circulations reprennent sur la voie 2 avec une limitation de vitesse.

Dès 9h30, toutes les équipes préparent la pointe de soirée, la limitation de vitesse de 40km/heure est imposée du fait des fortes températures au cœur du rail.

À partir de 12h30, les agents mettent en place la signalisation adaptée. À la fin de la mise en place de ce dispositif, les alertes sont lancées via l’application SNCF et le site Transilien pour informer du plan de transport : du fait de la vitesse, le nombre de train en circulation doit être réduit. Des itinéraires alternatifs sont proposés. La circulation des trains se fera à vitesse réduite sur entre Achères et Cergy jusqu’en fin de soirée.

Ces mêmes travaux se poursuivront dans la nuit de jeudi 6 à vendredi 7 juillet pour permettre la levée des restrictions de circulation sont levées et les trains peuvent de nouveau circuler à vitesse normale.

En parallèle de cette prolongation de travaux…

Dans l’intervalle de ces travaux, à 8h10, le RER OFRE 50 doit appliquer son guide de dépannage dans la zone d’Achères Ville. Le train a pu repartir mais suite à un malaise voyageur et au retard accumulé, il sera limité en gare de Sartrouville.

À 17h03, un problème d’adhérence est constaté sur le secteur de la Garenne Colombes. La vitesse des trains doit être adaptée sur ce secteur. À 18h15, l’incident dans le secteur de la Garenne Colombes est résolu, les circulations peuvent reprendre progressivement.

Problème de porte sur un train vers 21h00, un signal d’alarme tiré dans un RER vers minuit,… les circulations resteront perturbées jusqu’à la fin de service.

Sur l’axe Paris Saint Lazare < > Versailles Rive Droite / Saint Nom la Bretèche et Grande Ceinture.

10h16, un train applique son guide de dépannage à Saint Nom la Bretèche. Il sera retiré de la circulation et envoyé au centre de maintenance.

10h39, un signal d’alarme est tiré à bord d’un train à Bécon les Bruyères. Un voyageur est victime d’un malaise. Le voyageur sera rapidement pris en charge dans les minutes qui suivent.

12h33, à la suite d’une avarie matériel entre Versailles et Paris Saint Lazare, un train est retiré de la circulation. Le train suivant en provenance de Saint Nom la Bretèche marque l’arrêt en gare du Val d’Or.

De 14h à 14h50, des travaux inopinés doivent être réalisés sur une voie en gare de Saint Cloud.

17h49, un train entre La Verrière et La Défense est retiré de la circulation pour avarie.

Vendredi 7 juillet

Axe Paris Saint Lazare < > Versailles Rive Droite / Saint Nom la Bretèche

Il est 4h51 lorsque le conducteur du train 133400 applique son guide de dépannage en gare de Versailles Rive Droite. Il rencontre un problème de portes qui nous contraint de renvoyer le train au centre de maintenance. Comme il devait effectuer d’autres allers/retours, le retrait de ce train engendrera des suppressions au cours de la pointe de la matinée.

Axe Paris Saint Lazare < > Nanterre Université / Maisons Laffitte / Cergy le Haut

Des avaries matériel sur un train et un RER seront à l’origine de suppressions sur le nord de la ligne.

Sur la région de Paris Saint Lazare, plusieurs incidents sur l’ensemble des lignes…

12h00, une panne d’alimentation survient sur les équipements de l’Escale de Paris Saint Lazare : l’outil permettant de réaliser le départ des trains avec un seul agent départ, le téléaffichage des panneaux généraux (le panneau avec tous les trains) et celui des têtes de quais (qui indiquent la destination) sont hors service.

Il faut mobiliser 2 à 3 agents pour faire partir chaque train au départ de la gare (suivant si le train est court ou long et si la voie est courbe ou non).

À la gare Saint-Lazare, la courbure des quais fait que les conducteurs manquent de visibilité pour voir toute la longueur de leur train. Lors du départ, ils sont donc obligés d’être assistés par un agent, le fameux agent à la « casquette blanche ». Cet agent, c’est donc, en quelque sorte, « les yeux du conducteur » pour un départ à l’heure et en toute sécurité. Extrait du billet Blog ligne J

Tous les agents habilités à donner le départ sont mobilisés y compris les cadres, les managers… tous ceux qui disposent de l’habilitation nécessaire viennent aider pour le donner le départ des trains.  Les contrôleurs, les équipes mobiles, la SUGE, les volontaires de l’information… nous sommes tous présents pour vous renseigner et vous orienter. Des alertes sont envoyées via l’application SNCF, le site Transilien. L’information est diffusée en gare (écrans et annonces) et sur le fil Twitter de votre ligne.

12h15, un malaise voyageur survient dans un train à Clichy Levallois.  Les pompiers arrivent dans les minutes qui suivent.

12h56, un problème d’adhérence est constaté dans la zone de la Garenne Colombes. Le trafic est ralenti pour permettre aux équipes de la voie d’intervenir. L’incident est résolu 16h18.

13h25, la température est à 45°C au cœur du rail témoin dans la zone de Suresnes Mont Valérien. Sous l’effet de la chaleur, le rail se dilate. Par mesure de sécurité, comme la procédure le prévoit, et pour éviter une déformation de la voie, la vitesse des trains est limitée à 40km/h à la hauteur de Suresnes Mont Valérien.  Pour permettre la mise en place de la signalisation et pour réaliser des travaux sur la voie, la circulation des trains est interrompue à partir de 14h30. (voir paragraphe « prolongation de travaux » ci-dessous). Les gilets rouges se déploient dans les gares de la ligne. Cet incident est résolu à 16h25, les circulations peuvent reprendre.

17h18, une zone rouge est détectée au départ de Paris Saint Lazare pour les trains à destination de Versailles Rive Droite / Saint Nom la Bretèche. Les agents du service électrique interviennent. « On parle de zone au rouge lorsque le poste n’a plus la possibilité d’ouvrir le signal protégeant la zone concernée. Il y a plusieurs raisons possibles : problèmes électriques, rail cassé, joint cassé, etc… Le train reçoit alors une autorisation de franchir le signal fermé. »

À 20 heures, les incidents sont résolus sur la région de Paris Saint Lazare, la circulation des trains restera perturbée jusqu’à la fin de journée.

Question de langage…

« Travaux inopinés »

C’est le terme qui vous a fait le plus réagir ces derniers jours.  Ces travaux doivent être réalisés sans délai afin de faire circuler vos trains en toute sécurité. Il peut sembler bizarre, mais c’est le terme utilisé pour désigner des travaux qui n’étaient pas programmés et qui ne peuvent attendre la prochaine plage de programmation travaux.

« Prolongation de travaux »

Comme ce qui s’est passé le jeudi 9 juillet 9h30 sur le secteur de Neuville et le 7 juillet 13h25 sur  le secteur de Suresnes.

Les travaux sont programmés longtemps à l’avance. Il n’est alors pas possible de prévoir quelles seront les conditions météorologiques à l’heure de leur réalisation. Il existe une procédure spécifique travaux : de mai à septembre, des astreintes chaleur sont en place pour renforcer la surveillance des installations et du réseau.

La surveillance est nécessaire pour des zones où des travaux sont en cours ainsi que celles où des travaux viennent d’avoir lieu : la ballast n’est pas totalement tassé, donc le rail peut se déformer plus facilement. Extrait du billet Les rails et les variations de température.

Avec les fortes chaleurs, l’acier se dilate. Pour éviter une déformation de la voie et pour des raisons de sécurité, des travaux doivent être réalisés en urgence et une adaptation de la vitesse des trains est nécessaire jusqu’à la prochaine phase travaux « plus importante » et déjà programmée.

Des adaptations possibles ?

Les termes que nous employons ne sont pas toujours faciles à comprendre, à décrypter. Par exemple, lorsque nous utilisons le terme « travaux inopinés », d’après vos retours sur Twitter, il serait plus judicieux d’annoncer la nature de ces travaux plutôt que d’utiliser ce terme.

Il faut tenir compte du fait que les messages diffusés sont contraints par le nombre de caractères (Twitter, alertes, écrans d’information, …) . Il faut aussi que le message soit clair et le plus concis possible. Il doit à la fois mentionner la nature de l’incident, les conséquences et l’heure de reprise estimée. On ne peut pas tout dire sinon le message serait plus que confus.

Lors de ces incidents, des itinéraires alternatifs vous ont été proposés. Ces itinéraires, comme vous me l’avez fait remarqué sur Twitter permettent de rejoindre une des gares de la ligne. Ils ne sont pas adaptés pour les trajets avec changement. C’est l’option contourner de l’application qu’il sera plus judicieux d’utiliser. Plus d’infos sur l’option contourner de l’application SNCF dans ce billet. Lors d’incidents, pensez-vous qu’il serait judicieux de mettre cette option en avant sur le fil Twitter de votre ligne ?

Votre avis compte !

Toutes les semaines se tient, en interne, une réunion « retour sur incidents » axée sur l’Information Voyageurs. Les 3 derniers événements qui ont le plus fortement perturbé vos trajets sont analysés : Quel a été le message diffusé ? A quel moment ? Par quel canal… C’est l’occasion pour Karine (Blog Ligne J) et moi-même de remonter les retours que vous exprimez et de partagez vos attentes (blogs et fils Twitter). A la suite de ces réunions, des process sont mis en place pour améliorer l’information.

Pour conclure

J’ai bien en tête vos retours sur l’incohérence de l’information entre ce que vous voyez en gare et ce que vous voyez sur l’application pour les journées de lundi et mardi. Je reviendrai plus en détail sur le circuit de l’information voyageurs et ceux qui vous informent à partir de la rentrée.

Concernant les incidents ici évoqués, les messages, alertes… étaient nombreuses. Vos retours portaient plus sur les termes employés, les motifs mais aussi sur les itinéraires alternatifs proposés.

Nous ne pouvons pas tout dire dans un message en quelques caractères, néanmoins peut être est-il possible de compléter le message initial avec la mise en avant de l’option contourner, ou bien attendez-vous un autre type d’information ?

Quel est votre avis sur les messages que vous avez reçu lors de ces incidents ? Aviez-vous toutes les informations nécessaires pour trouver le bon itinéraire ?  Quelle information précise recherchez vous lors d’un incident ? N’hésitez pas à me faire part de vos retours, votre avis sur l’information voyageurs est important : échangeons pour l’améliorer !

31 commentaires pour “Retour sur les incidents de jeudi 6 et vendredi 7 juillet 2017”

  1. EPPasser en mode normal dit :

    Bonjour,
    J’étais à La Défense vendredi après-midi. Lorsque j’ai voulu prendre le train, vers 14h30, je n’ai vu aucun ‘gilet rouge’. Je ne sais pas combien de temps ils mettent à se déployer mais il n’est pas normal qu’1h après le début de l’incident, il n’y ait pas d’agents à La Défense.

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour EP,
      Ce sont les équipes mobiles qui se déploient en premier. Ils se déplacent en voiture et leur arrivée dépend de l’endroit où ils sont d’ores et déjà en cours d’intervention.
      Les agents des gares, les encadrants viennent en renfort dans les gares munis de gilets rouges. Malheureusement, ce jour en question, beaucoup de personnes étaient déjà « réquisitionnées » sur l’incident en gare de Paris Saint Lazare.

  2. CharlottePasser au statut dit :

    Bonjour, au delà de l’information (perso pour rentrer à Versailles je n’ai pas vraiment d’itinéraire alternatif lorsque la L et la U sont coupées…), je pense qu’il serait bien de poster des agents sur les quais à la Défense qui sont devenus affreusement dangereux depuis qu’ils sont réduits par les travaux.
    Lorsqu’il y a des problèmes et une forte affluence comme vendredi, notre sécurité est vraiment menacée. J’ai eu tout le loisir de l’observer car étant enceinte et après plus de 2 semaines à voyager par + de 40 degrés dans les rames et à faire des malaises tous les 3 jours à cause de ces conditions de transport déplorables (mais je suis sympa, je sors sur le quai avant de me trouver mal), je n’ai pas eu le courage de me battre pour monter dans un train et en ai laissé passer un certain nombre…

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour Charlotte,
      Les palissades en place sur les quais de la Défense permettent d’entreposer le matériel nécessaire aux travaux de la nouvelle gare EOLE La Défense CNT qui débutent demain.

      Avez-vous essayé d’utiliser l’option contourner de l’appli ? En choisissant d’éviter la ligne L et la ligne U, l’application SNCF peut vous proposer un autre itinéraire au départ de la Défense.

      Je note que pour vous, il est également nécessaire de mettre davantage d’agents en gare lors des incidents.

  3. hikkiPasser au statut dit :

    idem personne sur les quais à Puteau (vers 18h20) , j’avais pris soin de me renseigner via twitter avant de partir l’info donnée comme quoi la circulation avait reprise était fausse aucun train ne circulaient à mon arrivée et sans tram j’ai du patienter alors que sinon j’aurai pris le 360 à la Defense !!! ensuite de ce que j’ai suivi via twitter les infos donnée via haut-parleur à la defense étaient fausses également. bref vous avez beau essayer d’améliorer l’info c’est le bordel à chaque fois.
    En plus de ce que je lis de votre retour il y a beaucoup de pannes de train faudrait peut être que cela cesse un peu

  4. JenniferPasser au statut dit :

    Bonjour à toutes et tous,

    Je note que vous êtes unanimes sur la nécessité d’agents en renfort dans les gares lors de ce type d’incident.

  5. BetaillerePasser au statut dit :

    Bonjour,

    J’ai besoin de savoir si les trains entre Marly le roi et Paris circuleront normalement le 13 aout prochain au matin. Je n’arrive pas à trouver cette information simple nul part. Nous avons un TGV à prendre à 8H45 à Montparnasse et devons savoir si nous devrons prendre un taxi de marly à montparnasse au cas où la ligne serait en travaux ce 13 aout. Merci

  6. BlablaPasser au statut dit :

    Bonjour,
    J’ai signalé il y a déjà un moment le comportement inadapté d’un gilet rouge ce fameux 7 juillet, et signalé le mauvais volume sonore des annonces en gare.
    A ce jour mon commentaire n’est toujours pas validé et je n’ai pas eu de réponse.
    Le ton de mon message n’est pas agressif, ni le sujet hors thème.
    Que dois-je en conclure ? Que la relation client est juste une belle parole ?
    C’est assez pénible de voir que ce blog ne sert en réalité plus à rien du tout.
    J’arrête donc d’y aller. Vu le faible nombre de commentaires par rapport au fonctionnement précédent, je ne dois pas être la seule.

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour Blabla,
      Votre commentaire a bien été remonté même s’il n’a pas été publié pour certains propos inadaptés / non conformes à la charte.
      Grâce à vos retours précis, factuels, nous (je parle de mes collègues CM et moi-même) remontons au quotidien vos besoins, vos attentes… dernier exemple en date, les annonces en gare de la Défense, porta automatique défaillante à Achères Ville…

  7. Ga78matPasser au statut dit :

    SVP baissez le son de l annonce des gares desservies et autres DANS les wagons (vu la vétusté de nos trains sur la ligne L vrd, je suppose que ceux ci sont presque exclusivement pris par des locaux – sinon bonjour l image du pays!!- qui connaissent donc bien le voyage et par conséquent cela ne devrait gêner en rien)
    Merci

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour Ga78mat,
      Si je comprends bien votre commentaire, vous parlez des annonces diffusées à bord du train sur la ligne de Versailles Rive Droite. Dès la mise en place du nouveau service, nous avions alors échangé sur le blog au sujet du volume de ces annonces.
      Il faut savoir qu’à l’origine, c’était Simone, la voix, qui nous enregistrait ces annonces. Lors de la mise en place du nouveau service, nous avions du modifier les annonces de desserte. Par un procédé informatique, nous avions conservé la 1ère partie de l’annonce et réenregistré la 2ème partie. Des écarts de volume pouvaient être observées entre ces 2 parties. Nous avions alors procédé à divers réglages pour réduire l’écart de volume.
      Pour une vérification et un traitement plus rapide, j’aurais besoin de plus d’informations : Est-ce que cela concerne un train en particulier ? Si oui, des précisions sur son heure de desserte ?

    • EPPasser en mode normal dit :

      @Jennifer: Bien sûr que le problème persiste. Franchement, j’en suis tellement las que je n’ai pas envie de pointer toutes les rames où je le constate, sans compter les rames où le SIVE n’est pas activé ou en panne. Il a déjà fallu user de force de persuasion pour faire reconnaître ce volume sonore anormalement élevé. Le plus simple ne serait-il pas de procéder à une vérification systématique et rigoureuse sur l’ensemble des rames lors de leur passage en centre de maintenance ?

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour EP,
      Je relance ce sujet de SIVE mais sachant que plusieurs trains sont rentrés au centre de maintenance pour des pannes d’un autre ordre, je pense que la priorité a été donnée à la remise en circulation rapide de ces trains. Procéder à des tests d’annonces SIVE nécessite de les immobiliser davantage, ce qui n’est pas idéal. Je me renseigne mais je pense qu’ils vont me demander de cibler des trains en priorité, d’où ma demande d’obtenir plus de détail sur les trains où vous avez pu le constater.

    • EPPasser en mode normal dit :

      Merci Jennifer. Comme il ne reste plus que quelques mois à supporter ces désagréments sonores (encore faut-il que le SIVE fonctionne !), je pense qu’une campagne de réglage globale ou individualisée n’est plus envisageable.

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour EP,
      Je pense que la priorité est donnée à la maintenance courante et urgente.

  8. PierrevePasser au statut dit :

    Jennifer bonjour,

    D’après le Larousse, inopiné signifie « Qui arrive sans qu’on s’y soit attendu. ex: Une arrivée inopinée »

    Des travaux ne peuvent être inopinés. Des gens les préparent, les planifient, les budgètent, les déclenchent, les réalisent, les concluent, les livrent. Ils ne les communiquent pas, c’est vrai, mais ils ne sont pas inopinés. Vous refusez de mettre le service et les infos des usagers au cœur de votre métier, c’est votre choix. Mais laissez notre langue tranquille, elle ne vous a rien fait. S’il vous plait.

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bpnjour Pierreve,
      Tout à fait d’accord avec vous sur le terme inopiné. Mais aussi difficile que cela puisse paraître tous les travaux ne peuvent être planifiés. Les travaux inopinés sont réalisés lorsqu’un défaut, une anomalie est constatée, ils n’étaient ni prévus, ni programmés. La préparation, l’organisation de ces travaux se fait à l’instant T’ : les agents constatent le dysfonctionnement et font alors une demande de travaux en urgence. Du coup, contrairement à ceux mentionnés dans le calendrier travaux, nous n’avions pas prévu d’en réaliser sur la zone en question. Les commentateurs du blog de la ligne J proposent des travaux réalisés en urgence. Ce terme vous conviendrait-il mieux ?

    • Paulo AquinoPasser en mode normal dit :

      Bonsoir à tous

      Il existe tout d’abord trois types de travaux: travaux « voie », travaux « caténaires » et travaux sur les installations de sécurité.

      La planification des travaux reprend effectivement un ensemble d’opérations prévues longtemps à l’avance, donnant lieu à plusieurs réunions préparatoires et susceptibles d’adaptations en fonction des nécessités.

      Ces travaux donnent lieu à l’établissement de trois types de documents; les deux premiers sont:
      — l’avis hebdomadaire travaux, qui permet, pour une semaine donnée donc, une pré-estimation des adaptations circulation et de l’organisation en local pour une semaine donnée, notamment en ce qui concerne la conception des tableaux de succession des trains (TST) qui serviront à la gestion des circulations par les aiguilleurs/agents-circulation
      — l’avis journalier travaux, qui reprend les opérations d’une journée calendaire de 00h00 à 23h59, permettant une estimation ré-adaptée.

      Ces travaux sont donc les travaux prévus.

      Sans entrer dans le bottin des détails constituant leur organisation, ils prennent en compte un grand nombre de paramètres parmi lesquels on retrouve l’organisation elle-même bien sur (procédure de demande, type de demande, accord, restitution, circulation des trains voyageurs (en transportant ou non), circulation des trains-travaux (stationnement, parcours de liaison, parcours d’approche, engagement, circulation sur domaine protégé, dégagement, …) et compatibilité entre les opérations et leurs conséquences en termes de procédure, de circulation et des conséquences sur les installations, notamment liées aux outils de bouclage nécessaires (pose de shunts, de jalons d’arrêt, …)

      ===========================================

      En cas de nécessité, une entité peut faire une demande (normalement pour des travaux de remise en état ou jugés urgents, mais pas que, notamment si une opération non urgente peut être insérée s’il y a avantage pour l’exécution d’autres opérations a court ou moyen terme) dite « Planche-Travaux de Dernière Minute (PTDM). C’est le troisième document.
      Cette demande concerne donc des travaux inopinés , qui font l’objet d’un traitement en quelques heures. Ils sont cependant intégrés à la note travaux.

      On les dénomme donc parfois « travaux inopinés prévus »

      Inopinés car ils n’auront fait l’objet d’aucune organisation préalable et constituent une adaptation de dernière heure. Ils sont imprévus, inattendus, ils « tombent d’un seul coup » (une PDTM est un document qui arrive par fax dans les Postes, en général avant la note-travaux bien sur) et peuvent contrecarrer ce qui était prévu et déjà « calculé ».

      Prévus car ils sont quand même repris à la note-travaux (ce qui nécessite un travail de dernière heure du Pôle Travaux sur l’ensemble des secteurs-circulation concernés notamment par les parcours de liaison, d’approche, d’engagement et de dégagement des trains de travaux) et seront donc accordés, sachant que le fait d’être repris dans la note garantit qu’ils ne sont pas incompatibles avec d’autres opérations.

      Cependant, la combinaison opérations prévues/inopinées prévues constituant un risque sécurité majeur, ce sont les Agents-Circulation (et les aiguilleurs, pour les conséquences « mouvement ») de soirée qui examineront, à réception de la note, avec tous les documents de métier concernés, toutes les particularités liées à leur secteur-circulation afin de prendre toute disposition nécessaires aux agents de nuit afin:
      — que ces derniers soient en capacité, entre autres, d’accorder les travaux dans les meilleures conditions possibles
      — de re-vérifier en local qu’aucune incompatibilité n’existe
      (il n’est pas rare de recevoir en poste des demandes de protection de tous types avant la prise de service des agents de nuit)

      =====================================================

      Tout ça c’est très bien, mais il y a une autre raison pour appeler ces travaux « inopinés prévus », et pas des moindres: c’est la justification, pour Transilien, de n’avoir pas pu être en mesure de communiquer, modifier ou compléter l’information voyageurs déployée aussi bien en gare que sur les outils de communication.
      Ou pour le moins de n’avoir pu le faire que tardivement.

      ============================

      Reste bien sur les travaux urgents, inopinés bien sur, pour lesquels Transilien n’aura évidemment pas non plus pu anticiper, mais qui présentent un caractère prioritaire de par le risque sécurité qu’ils induisent.

      Il existe donc une différence importante entre les travaux « inopinés prévus » et les travaux urgents, car ces derniers seront accordés par les Agents-Circulation concernés bien que non repris dans la note travaux (c’est la seule exception, dûment indiquée d’ailleurs) et donc il leur faudra étudier la situation induite de manière très tardive, « sans filet », aussi bien en termes de circulation que de procédures, y compris, le cas échéant, en refusant des travaux prévus où, si cela est possible, en ordonnant leur restitution par anticipation, ce qui ne sera pas sans conséquence sur la reprise des circulations « voyageurs » évidemment.

    • Paulo AquinoPasser en mode normal dit :

      (suite du commentaire)

      pour terminer, prenons un exemple concret, peut-être plus explicite (les collègues de toutes les entités m’excuseront par avance pour cette présentation pour le moins très simplifiée, mais nous ne sommes pas en session de formation !)

      Un conducteur indique un choc anormal et applique une procédure entraînant la sémaphorisation d’un signal. (passons sur les mesures prises par Réseau Circulation)
      Réseau Maintenance & Travaux détermine la présence d’un rail cassé et le délai dans lequel une intervention est envisageable, en fonction de l’état de la voie.
      (rappelons au passage que l’expression « rail cassé » désigne une avarie au rail souvent détectée suite au signalement d’un choc anormal par un Conducteur, entraînant généralement un défaut de shuntage des circuits de voie et pouvant donc provoquer, dans le Poste concerné, le passage au rouge d’une zone isolée. L’avarie peut être une partie ébréchée, fêlée ou cassée.
      Un rail cassé impose des restrictions de circulation qui dépendent de l’importance de l’avarie)

      Dans le cas survenu, il était possible de circuler à vitesse réduite (plus de choc anormal au passage des trains)
      Le caractère d’urgence n’est donc pas établi, mais on peut envisager, en fonction des travaux prévus la nuit suivante et des conséquences qu’aurait une demande de travaux de dernière minute:
      — soit des travaux inopinés immédiats, bien que non urgents du point de vue sécurité des circulations (si les conséquences de l’interruption de circulation nécessaire sont biens moins importantes que celles d’une adjonction aux travaux nocturnes)
      — soit des travaux urgents via une PTDM, le compromis entre circulation en mode dégradé/non-aggravation de l’avarie compte tenu de la vitesse très réduite/évitement possible de la partie de voie concernée, au moins pour certains trains/gestion des travaux de nuit s’avérant plus efficace, tant du point de vue exécution des travaux (notamment en fonction du domaine protégé nécessaire, qui peut englober plusieurs voies ou un ensemble de zones longitudinales) que du point de vue circulation des trains.

      ce qui dénote une acception spécifique de plus, puisque la notion d’urgence, définie comme « sans délai, ne pouvant être différé » s’applique alors à la notion de préparation/organisation des travaux, non respectée dans ce cas.
      l’opération « urgente » sera obligatoirement exécutée la nuit suivante (en général), bien que cela soit en contradiction totale avec le processus habituel.

      ===============================================

      les travaux sont un sujet des plus difficiles aussi bien à gérer qu’à expliquer, et on peut donc, comme pour l’expression « zone au rouge », déterminer une appellation destinée à faciliter la compréhension de la clientèle, même si le terme, dans son acception ferroviaire bien sur inconnue des dictionnaires (comme nombre de termes d’ailleurs), revêt un caractère d’inexactitude qu’il convient d’expliquer au mieux.

      le but restant que le client reste correctement informé, tout en n’étant pas induit en erreur, notamment par un déficit d’explication pouvant l’amener à interpréter une situation comme plus grave qu’elle ne l’est en réalité.

  9. BlablaPasser au statut dit :

    Mes propos auraient été inadaptés…
    Je n’ai insulté personne.

    C’est l’attitude de l’agent qui était inadaptée (et vous ne répondez pas là-dessus).
    Ne déplaçons pas le problème.

    Merci d’avoir remonté l’information.

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour Blabla,
      Dès lors que vous me signaler un incident, un comportement inadapté, … que vous me faites des propositions d’améliorations… vos remarques sont transmises et nous travaillons ensemble pour améliorer autant que possible la prise en charge.

  10. Bonjour,
    En attendant un futur billet « retour sur les incidents du 24 juillet » qui nous expliquera que c’est vraiment la faute à pas de chance (et pas du tout parce que nos antiques trains n’ont pas été renouvelés à temps, on s’occupait d’ouvrir une ènième ligne TGV on ne peut pas tout faire), je voudrais remercier la SNCF pour la saveur qu’elle donne à mon existence. Imaginez un peu la monotonie d’une vie où TOUS LES JOURS non seulement on saurait à quelle heure on part de son travail (ou de chez soi) mais on saurait à quelle heure on arrive, et comment ! Quel ennui ! Heureusement la SNCF est là pour mettre un peu de piment et d’aventure dans tout cela… Je ne vais pas revenir sur le détail de mon trajet d’hier ni sur sa durée, je ne veux pas susciter la jalousie des lecteurs de ce blog à la lecture de mes aventures. Mais je voulais encore une fois remercier sincèrement la SNCF pour ses efforts. Plein de gilets rouges pour nous accueillir, nous guider, essayer de nous remonter le moral en nous orientant vers des bus (qui sont en horaires d’été et pris d’assaut évidemment). C’est bête on n’est jamais content, on voudrait juste des trains qui roulent normalement… Juste une petite question en passant : c’est pour quand les nouveaux trains sur notre merveilleuse ligne ??? Et ne le prenez pas mal mais bon, vous avez vérifié qu’ils n’étaient pas trop larges par rapport aux voies, aux quais, aux tunnels ou que sais-je encore ? Allez merci encore et bon courage (à moi aussi et le suspense reste entier : combien de temps vais-je mettre pour rentrer chez loi ce soir ?)

    • JenniferPasser au statut dit :

      Bonjour lasncfauramapeau,
      Je n’ai pas prévu de faire un retour sur incident pour le 24 juillet. Comme vous le soulignez, les incidents rencontrés le jour en question portaient sur le matériel. Oui, c’et vrai, il est vieillissant et date du milieu des années 70. Le renouvellement des trains est en cours : actuellement 50% de nouveaux trains circulent sur l’axe Cergy. Dès la fin de l’année, de nouveaux trains circuleront sur l’axe Versailles Rive Droite. Sur Saint Nom la Bretèche, les travaux du viaduc de Marly sont nécessaires pour permettre la circulation des nouveaux trains prévus à partir de septembre 2018. A terme, horizon 2021, 100% de nouveaux trains seront en circulation sur la ligne L.
      Qui dit nouveaux trains, dit nouvelles technologies et bien entendu, des travaux ont été réalisés et se poursuivent : quais, écrans de contrôle sur les quais, …

    • BenVDAPasser au statut dit :

      Jennifer, ce serait quand même intéressant de savoir ce qui se passe. Depuis plusieurs jours, les avaries matériel se multiplient, et c’est quand même source d’un questionnement légitime des voyageurs (je n’ose pas dire sardines, mais on n’en est pas loin).

    • JenniferPasser au statut dit :

      Oui, bien d’accord avec vous. J’ai commencé à préparer un billet pour faire un point sur le matériel. Je n’ai pas de détail en revanche qui concerne ces derniers jours. Je complète mes recherches pour vous proposer ce point spécial matériel.

    • EPPasser en mode normal dit :

      Et le 24, c’était une Z8800 de la ligne U qui était en rade, du matériel 10 ans plus jeune que nos pauvres Z5600.

  11. COLOMBOROL92Passer en mode normal dit :

    Bonjour Jennifer , peut être que la conjugaison vieux matériel et personnel en sous effectif ( vacances , maladie etc ) donne ce résultat et plus on avancera dans le temps plus il risque d’être difficile de faire rouler dans de bonnes conditions ce matériel jusqu’en 2021 , année où théoriquement il n’y aura plus de Z6400 mais 4 ans c’est encore long en même temps …

  12. EPPasser en mode normal dit :

    Bonjour Jennifer,
    Suite à l’incident du 24/07, je me pose quelques questions.
    1. Le pas d’IPCS de Sèvres n’aurait-il pas permis d’assurer un service minimum entre ST Cloud et Versailles RD ?
    2. Sans connaître la nature de la panne, une rame circulant en UM2 ne peut-elle pas s’autodépanner ? C’est à dire que seule une rame est active et l’autre est en véhicule quitte à assurer une circulation en W. Cela permettrait d’évacuer les voies plus rapidement.
    3. Comment, en cas d’interruption des circulations, les voyageurs munis d’un billet origine-destination (billet à l’unité par ex.) peuvent-ils poursuivre leur parcours ? Normalement l’accès au T2 et aux bus nécessiterait un autre titre de transport.

    • Paulo AquinoPasser en mode normal dit :

      Bonsoir à tous

      Il apparait que l’incident survenu sur la Z8800 en UM était un dégagement de fumée.
      Dans ce cas, le ou les Agent(s)-Circulation concerné(s) prendront les mesures sécurité propres à éviter une aggravation du danger par effet de souffle (incendie par exemple) en imposant interdiction de croisement + interdiction de dépassement.

      Donc le pas d’IPCS St-Cloud – Sèvres n’aurait servi à rien dans ce cas précis.

      En plus, lorsque la procédure impose au conducteur d’entrer en zone dangereuse (dans les voies) pour effectuer certaines vérifications/constatations…, il demande à l’Agent-Circulation concerné (en l’occurrence, celui du PRCI de Viroflay-RD), une procédure de protection du personnel (pour un agent intervenant sur son train, ce qui interdit donc aussi sur la voie contiguë concernée la circulation de tout train dans les deux sens de circulation bien sur)

      J’ai eu un cas identique à St-Cloud voie A: j’ai imposé ces restrictions immédiatement (double protection voie B donc, une pour la double interdiction, l’autre pour la protection du conducteur), mais ça laissait les voies 1 et 2 utilisables.

      Sauf que c’était à 22h40, sur une rame en US, qui par la suite, après que la conducteur aie pu déterminer qu’aucun élément essentiel n’était concerné (freins, suspension, …) et qu’il était donc possible de le mettre en mouvement pour une évolution à faible vitesse en gare, était allé garer, seule, sur une voie de service (pas n’importe laquelle: voie 8, car la partie de voie côté province n’est pas contiguë à la voie 2, ce qui permet de lever l’interdiction de croisement/dépassement)

      Un élément avait été accrocher dessus vers 01h30.

      Cet élément n’avait donc rien à voir avec l’élément avarié, il était indépendant de l’incident lui-même, on était surs:
      — que le dégagement de fumée n’avait pas pu provenir de cet élément
      — qu’il n’avait pas pu être matériellement endommagé par les conséquences de l’incident

      La rame (élément de tête côté Paris en traction, élément avarié en véhicule) était reparti à 05h54, après un essai de traction sur voie de service, en vide voyageurs, et avec observation visuelle de la rame au défilé, au départ.

      Mais pour la Z8800, c’etait différent: elle était à Sèvres, aucune possibilité mouvement, et pour le dépannage quelques questions: d’où provenait le dégagement de fumée ? a-t’il pu affecter les deux éléments ? après quelles vérifications la rame aura-t- elle pu se remettre en marche, et dans quelles conditions ?

      =========================================

      Ceci dit, dans l’absolu, on relève régulièrement des situations dans lesquelles le pas d’IPCS St-Cloud-Sèvres aurait pu être utilisé.
      Par exemple, si l’incident matériel avait été une insuffisance de traction, une disjonction rame, une fuite C.G., … bref un incident immobilisant autre qu’un dégagement de fumée ou un mouvement anormal de la voie par exemple, on aurait pu « enquiller » sur IPCS.

      Par contre, l’absence de ce pas d’IPCS complexifie l’ensemble des opérations travaux voie entre St-Cloud et Viroflay-RD, le domaine protégé actuel n’ayant plus qu’un intervalle possible… entre St-Cloud et Viroflay oie 1 (et l’inverse voie 2) évidemment (au lieu de deux auparavant dans chaque sens)

Laisser un commentaire